Doit-on vraiment faire confiance aux compléments alimentaires ?

0
218

Retrouver une mémoire d'éléphant, avoir un ventre plat, booster sa libido… 37% des Français consomment des compléments alimentaires dans le but d'améliorer leurs performances dans un domaine de leur vie, qu'il s'agisse de compétences intellectuelles ou de résultats physiques. Si les prétentions de ces produits mettent l'eau à la bouche, on ne peut s'empêcher de se demander s'il est utile d'en prendre, et si tous tiennent leur promesse d'être « naturels »…

En prendre ou ne pas en prendre, telle est la question

Les experts aiment à rappeler qu'en ayant une alimentation variée et équilibrée, l'organisme dispose déjà de tous les éléments dont il a besoin pour rester en bonne santé. Mais je crois que c'est plus facile à dire qu'à faire. En effet, avec les techniques d'agriculture de notre société moderne, les fruits, pour prendre un exemple, ne contiennent plus autant de vitamines qu'il y a plusieurs dizaines d'années. Ce qui peut entraîner une carence, même en consommant les bons aliments en quantité suffisante. Ainsi, en cas de fatigue, le ginseng apporte un peu de la vitalité qui manque à l'organisme. D'ailleurs, selon une étude du CREDOC, le centre de recherches pour l'étude et l'observation des conditions de vie, seulement 3% des Français auraient une alimentation équilibrée. Avant toute cure, qui ne doit durer que deux à trois mois, il est indispensable de réaliser un bilan sanguin.

Avertissement : ne pas consommer de produits en provenance des États-Unis. Bon nombre d'entre eux seraient surdosés, et donc potentiellement dangereux pour la santé.

Une publicité mensongère ?

Les compléments alimentaires se targuent d'être des produits efficaces, et naturels. Cet argument met plus facilement les gens en confiance. Pourtant, deux études présentées à l'occasion du Congrès international sur l'obésité de Stockholm ont démontré en 2010 l'inefficacité des compléments alimentaires censés faire perdre du poids. Thomas Ellrott, directeur de l'Institut de nutrition et de psychologie à l'Université de médecine de Göttingen (Allemagne), a déclaré que sur les neuf compléments alimentaires étudiés proposant neuf principes – prétendument actifs – différents, « pas un seul n'a été plus efficace que des pilules placebo pour obtenir une perte de poids sur la période étudiée de deux mois ».