Sanofi aspire à devenir leader de la santé grand public

0
23

Le groupe pharmaceutique français compte reprendre l’activité de Boehringer Ingelheim, parmi lesquelles Dulcolax et Lysopaïne, en échange de son département santé animale et 4,7 milliards d’euros.

Sanofi voudrait troquer sa branche de santé animale, Merial, contre l’activité santé grand public de Boehringer Ingelheim. Cette opération sera accompagnée d’un versement de 4,7 milliards d’euros dont Sanofi prendra possession. A travers cette opération le groupe pharmaceutique deviendra la première industrie pharmaceutique au monde dans la santé grand public « avec une part de marché mondiale proche de 4,6 % » et à Boehringer Ingelheim de devenir le numéro deux mondial de la santé animale « avec un chiffre d’affaires pro forma évalué à 3,8 milliards d’euros en 2015 », d’après une note commune aux deux groupes. « Les activités santé grand public de Boehringer Ingelheim en Chine de ferait pas partie de cette opération », explique le communiqué. Grâce à cette opération Boehringer Ingelheim, paierait un montant brut de 4,7 milliards d’euros à Sanofi.

Masse dangereuse dans les traitements de la toux et du rhume

« L’activité santé grand public de Boehringer Ingelheim affermirait le positionnement de Sanofi en Allemagne et au Japon, où Sanofi n’est pas assez représentée, et lui donnerait la possibilité d’étendre son implantation dans ses catégories prioritaires », explique le texte. Si l’opération est finalisée, le géant pharmaceutique français « aurait accès à des marques importantes dans la catégorie des antispasmodiques, des troubles gastro-intestinaux, des vitamines, minéraux et suppléments, et des antalgiques, et atteindrait la masse critique dans les traitements de la toux et du rhume ». Quant à Boehringer Ingelheim et la possible ingestion de Merial, « la fusion des portefeuilles et plate-formes technologiques dans la branche des antiparasitaires, des vaccins et des spécialités pharmaceutiques placerait la nouvelle structure sur les principaux segments de croissance du marché de la santé animale ».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here