Soigner son apparence coûte moins cher que dans les années 60

0
90

Les français dépensent moins d’argent pour soigner leur apparence, car au cours des années 60, entretenir son apparence coûtait cher. Cela a été occasionné surtout par la réduction des prix des produits de beauté. Quand on compare leurs prix avec ceux des autres pays français, ceux-ci sont également moins chers.

Élégants mais sensés.

Depuis plusieurs années, les français dépensent moins de 50% de leur budget consacré à leur soin de beauté pour améliorer leur apparence physique. Cela est dû à la régression des prix des vêtements. En 2015, les ménages 84 millions d’euros ont été sortis des portefeuilles des ménages français pour l’amélioration de leur esthétisme, cela représente moyennement 3 000 euros par ménages, d’après les chiffres dévoilés par l’Insee. Le pourcentage de dépenses consacrées à l’esthétique au cours des années 60 qui était de 14,1% en 1960, a été ramené à 7,3% en 2015.

Des vêtements très accessibles

Les français dépensaient une partie importante de leurs économies dans les vêtements représentant 65,7%. Un rapport qui a baissé à 41% en 2015, pour se fixer à 1.230 euros par an par ménage.

Au cours des années 60 le marché du prêt-à-porter se transforme avec la naissance du commerce extérieur et l’envol des chaînes de distribution. Deux éléments qui ont favorisé la réduction des prix donnant la possibilité aux français de revoir leurs dépenses en vêtements à la baisse.

Mais cette tendance n’est pas uniquement l’effet de la réduction des prix. Pendant la crise, comme c’est le cas depuis 2008, les français confrontés à de nombreuses dépenses comme les assurances, le logement, les télécommunications ont délaissé les dépenses comme ceux concernant l’achat des vêtements les classant dans la catégorie des dépenses complémentaires.

L’envol des produits de beauté

Contrairement d’autres genre d’achat se font de plus en plus présents et saignent la poche. là où 9% les dépenses liées à l’apparence physique ne portaient que sur les soins personnels en 1960, la beauté elle occupait 32% des dépenses en question en 2015. Cette évolution a été occasionnée par la consommation de produits de soins personnels très présents sur le marché.

Depuis les soins comme se couper sa barbe, colorer se cheveux, s’épiler sont devenus des usages domestiques contribuant ainsi, à la baisse des dépenses en soins.