Vieux : restez chez vous le plus longtemps possible !

0
117

Dans le conscient collectif, nous associons très souvent la période de la vieillesse à une mauvaise santé, un moral pas toujours au beau fixe et surtout, une perte certaine d'autonomie. Les personnes qui ont eu des enfants craignent de devenir un fardeau pour eux et d'engendrer des dépenses supplémentaires, et celles qui n'en ont pas redoutent la solitude et le sentiment d'abandon. Sont-ce vraiment les deux seules alternatives possibles ?

Chez soi, les doigts de pied en éventail

Rester chez soi même quand on est vieux, ça rend heureux. De nombreuses solutions existent et proposent des produits et des conseils pour ne pas transformer cette période de la vie en parcours du combattant. Les principaux aménagements proposés concernent la salle de bain (carrelage anti-dérapant, optimisation de l'espace entre les WC et la douche..), la cuisine et l'emplacement des rangements. Les conseils se tournent davantage vers la mobilité de la personne, tant intérieure (chez elle) qu'extérieure (hors de chez elle). En fonction des envies, des besoins et des capacités de la personne âgée, on conseillera l'utilisation d'un déambulateur ou d'une canne.

Bon à savoir : depuis 2015, les logements dits « accessibles » faisaient partie des nouvelles normes, permettant ainsi d'accéder à plus de logements, et ailleurs qu'au rez-de-chaussée.

Avec une aide, parce qu'on le vaut bien

Les aides ménagères interviennent pour soulager la personne, en l'aidant à faire ce qu'elle n'a plus envie, ou plus la capacité, de réaliser elle-même : s'habiller, faire les courses ou préparer les repas. Le département encadre ces services d’aide et d'accompagnement à domicile. Le conseil départemental s'assure de la qualité des encadrements proposés par les structures et contrôle les tarifs pratiqués. Des aides financières sont allouées aux familles, à condition de remplir certains critères. Parmi ces derniers, on retrouve l'âge minimal (65 ans), avoir des difficultés à accomplir certaines tâches ou percevoir des ressources mensuelles inférieures à 803,20 € pour une personne seule et à 1 246,97 € pour un couple.