Plusieurs enfants maltraités à l’école maternelle de Neuilly-sur-Marne

0
74

Plusieurs enfants ont dénoncé des scènes de violence au sein de l’école maternelle Paul Valéry.

Près de vingt enfants indiquent avoir été maltraités par une enseignante.

Des incidents graves

Au bout d’une certaine période d’enquête, deux mères de famille ont indiqué que plusieurs enfants avaient été frappés, murés, attachés dans un placard dans le cadre d’une punition. Il y a d’autres enfants qui avaient été reçu des fessées.

Les parents d’élèves de cette école réunis dans un collectif décident de porter plainte au commissariat. Aussitôt, la brigade des mineurs s’est chargée de mener l’enquête. Les enquêteurs ont commencé par écouter les enfants ensuite, ils écouteront le personnel enseignant de l’école maternelle dans laquelle, il y a quatre classes.

Ensuite, viendra le tour de l’enseignante et de la directrice de l’école maternelle, que l’éducation nationale a suspendues. Dans le cadre de cette investigation il est également prévu que les enquêteurs questionnent aussi les anciens enseignants de l’établissement pour essayer de savoir à quel moment ces scènes de maltraitance ont commencé.

On recense plusieurs scènes de maltraitance

« Lorsque ma fille est revenue à la maison, elle avait uriné sur elle, alors qu’elle ne le fait jamais » a expliqué Nadia Safraoui sur Le Parisien TV. « Quand j’ai voulu lui laver les cheveux, ma fille m’a dit qu’elle avait des douleurs à la tête ». Lorsque je lui pose la question de savoir pourquoi elle avait mal à la tête, elle me répond que sa maîtresse l’a giflé derrière la tête ».

Alors, Nadia Safraoui et d’autres mères décident d’enquêter et de se rendre compte qu’un placard à sorcière avait été créé. Un lieu où l’enseignante « enferme les enfants quand ils commettent des bêtises pour les calmer » souligne une mère de famille très remontée après avoir appris l’information.

Quant au maire de Neuilly-sur-Marne, Jacques Mahéas, il déclare n’avoir jamais été informé sur cette affaire. « Rien ne montrait que les élèves étaient maltraités dans cette école, a-t-il lancé. Je n’ai ni reçu un parent qui est venu se plaindre, ni reçu une lettre de ceux ci. Nous devons attendre les résultats de l’enquête ».